Histoire de l’Orchestre de Chambre McGill à Montréal

L’histoire de l’MCO

L’Orchestre de chambre McGill (MCO) est considéré comme étant l’un des ensembles de musique de chambre canadiens les plus réputés. Il a été fondé en 1939 par le Alexander Brott, directeur artistique et compositeur canadien de renom et son épouse Lotte Brott, violoncelliste et gérante de l’ensemble.

À ses débuts, le MCO s’appelait le Quatuor à cordes de McGill. Élargissant rapidement ses rangs en accueillant les meilleurs musiciens de Montréal, il fût composé principalement par des enseignants au Conservatoire de Musique de McGill et quelques musiciens de l’Orchestre symphonique de Montréal dans lequel Alexander Brott était Chef d’Orchestre et Lotte jouait dans la section violoncelle. L’ensemble acquerra rapidement une réputation internationale.

Le MCO reçoit les plus grands artistes de la scène mondiale tels que Yo-Yo Ma, David Oïstrakh, Lili Kraus, le Trio Beaux-Arts, Mstislav Rostropovitch, Isaac Stern, Ida Haendel, Peter Serkin, Marilyn Horne, Maureen Forrester, Yehudi Menuhin, Victoria de Los Angeles, Glenn Gould, Jean-Pierre Rampal, Sondra Radvanovsky, et Richard Stolzman.

L’un des premiers organismes artistiques de la région, le MCO peut se réjouir d’occuper une place importante dans l’histoire culturelle du Québec.

Le MCO a enregistré plusieurs disques, notamment en partenariat avec Radio-Canada/CBC et a fait de nombreuses apparitions à la télévision. Entre 1970 et le début des années 1990, le MCO a fait des tournées annuelles en Europe, en Amérique du Nord et du Sud, en Asie et au Moyen-Orient.

Boris Brott s’est joint à le MCO en 1989 en tant que chef associé. En 2000, il devient officiellement chef d’orchestre adjoint et lors du décès du fondateur Alexander Brott en 2005, Boris Brott devient le directeur artistique du MCO.

L’Orchestre de chambre McGill tient à exprimer sa profonde gratitude pour leur soutien constant au Conseil des arts et des lettres du Québec, au Conseil des Arts du Canada ainsi qu’au Conseil des arts de Montréal.